Les 13 et 28 avril 2021, DATA FOOD CONSORTIUM et le RMT Alimentation Locale ont organisé, avec le soutien du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, de la Région Ile de France, de la Fondation Daniel & Nina Carasso, et de la Fondation Macif, deux webinaires interactifs autour de la coopération et du partage des données entre acteurs des circuits courts.

L’opportunité pour tous de s’initier aux enjeux de l’interopérabilité entre plateformes de circuits courts et à l’intérêt d’un langage numérique commun et ouvert pour accompagner le changement d’échelle des circuits courts. La possibilité aussi de se plonger dans les dernières avancées du prototype MonCataLog développé par les équipes du Data Food Consortium et de venir poser toutes ses questions.


Nous avons pu constater un véritable engouement pour ce sujet numérique qui pouvait pourtant paraître ciblé et technique de prime abord, en témoignent le bon niveau de participation à ces webinaires, les retours très positifs et la diversité des participants*, la qualité des questions ainsi que les sollicitations reçues depuis ces webinaires.

* incluant des personnes issues de plateformes de vente ou de logistique, des collectifs et associations du monde des circuits courts, des collectivités territoriales, des chambres d'agriculture, cabinets de conseil etc

Contexte : Les enjeux numériques liés au partage des données & les solutions proposées


L'interopérabilité des plateformes, c’est-à-dire leur capacité à communiquer entre elles, échanger des informations et les utiliser mutuellement, n’est plus un sujet réservé à quelques techniciens : elle est dorénavant reconnue comme un enjeu fondamental et d'actualité pour les circuits courts. Elle concerne l’ensemble des acteurs de l’écosystème.


Les circuits courts sont certes en plein essor et ses opérateurs ont dorénavant accès à un très grand nombre d’outils numériques. Mais ces outils communiquent difficilement entre eux car chacun utilise son propre logiciel, son propre langage. Au détriment des producteurs, aujourd’hui condamnés à gérer plusieurs catalogues non synchronisés et à réconcilier leurs stocks entre les plateformes de vente par exemple, entraînant pour eux de multiples saisies manuelles, loin des considérations de leur cœur de métier. Au détriment de tous, des acteurs privés comme des collectivités territoriales, car le manque de partage des données entre plateformes et acteurs empêche d’avoir une vision globale des commandes et des livraisons, de mutualiser les transports, provoquant un surplus de flux logistiques et d’émissions de gaz à effet de serre associées.


Davantage de coopération au niveau numérique est donc nécessaire pour accompagner le changement d’échelle des circuits courts, améliorer leur efficacité, leur empreinte environnementale et ouvrir la voie à plus d’innovations au bénéfice de tous.


Pour répondre à cet enjeu, le projet porté par Data Food Consortium consiste à traduire sur le plan informatique une vision basée sur la coopération des acteurs des circuits-courts, sur la mise en synergie de leurs plateformes et sur la création d’un « Commun numérique » : en l’occurrence, un langage informatique, autrement dit un standard ouvert, coconstruit (en open source) et équitable (ne privilégiant pas un acteur des circuits courts sur un autre).

Ce langage numérique commun permet de mutualiser les données, de simplifier la vie des producteurs, de connecter les initiatives à une large échelle et de structurer l’ensemble de l’écosystème des circuits courts.


Construire un tel standard nécessite une application à des cas réels. Le Data Food Consortium a donc décidé d’adresser des cas d’usage concrets et de développer un prototype, MonCataLog, axé sur le partage de catalogues produits entre plateformes et la mutualisation des flux logistiques.


L’objectif est de créer une « preuve de concept » pour montrer le potentiel du standard. Mais aussi de contribuer à construire et améliorer le standard sémantique et technique dans une logique itérative.


Ce projet de recherche et développement numérique entre pleinement dans le domaine d’expertise et d’accompagnement du RMT Alimentation Locale et s’inscrit avec pertinence dans l’un de ses nouveaux axes de travail 2020-2024, en l'occurrence celui du groupe de travail transversal numérique.


Ce standard, porté par la volonté de construire un web distribué et un système alimentaire décentralisé, plus transparent et plus équitable, pourra prendre toute sa puissance s’il est partagé par un maximum de plateformes et logiciels et si tous y contribuent. Nous comptons donc sur chaque acteur des circuits courts pour le promouvoir, le diffuser et l’adopter !


RETOUR SUR LES WEBINAIRES :


Webinaire du 13 avril


Sujet : Enjeux de l’interopérabilité et de l’intérêt d’un standard ouvert


Intervenants : Clémentine Triballeau (Data Food Consortium), Myriam Bouré (Data Food Consortium, Groupe numérique du RMT Alimentation Locale), Simon Louvet (Assemblée Virtuelle, Data Food Consortium), Romain Pelletier (Socleo, Data Food Consortium)


Facilitatrice : Anne-Cécile Brit (RMT Alimentation Locale)

Ce webinaire, accessible à tous publics, a réuni 90 personnes en direct et permet de comprendre en quoi ces enjeux de mutualisation des données nous concernent tous en tant que citoyens-mangeurs, producteurs et organisateurs de circuits courts, plateformes de ventes et de logistique en circuits courts, chercheurs et collectivités territoriales. Une démonstration fonctionnelle du prototype MonCataLog est proposée en fin de webinaire.


Retrouvez ci-dessous l'enregistrement :