L'Association Française de l'agriculture urbaine professionnelle a lancé une enquête en ligne auprès de ses 80 adhérents à la mi-avril. Les 32 réponses nous donnent un petit aperçu de la situation à cet instant. Les résultats varient selon les activités développées par les structures, mais on constate une augmentation de l'activité agricole et de la vente en ligne, ainsi que le développement de tutoriels pour accompagner les jardiniers à distance.


Synthèse rédigée par Anne-Cécile Daniel, co-fondatrice et coordinatrice de l'AFAUP, l'Association Française de l'Agriculture Urbaine Professionnelle. L’AFAUP est une association à rayonnement national ayant vocation à fédérer les professionnels de l’agriculture urbaine et faciliter les liens avec les autres acteurs de la ville, le monde agricole et le grand public.


Ce texte n'engage que son auteur et pas l'ensemble du collectif qui rédige les bulletins.

Les répondants




Les pertes évaluées par les répondants pour la période du 16 mars au 26 avril

  • 13 répondants évaluent une perte de CA entre 0 et 10 000 €.

  • 13 répondants évaluent une perte de CA entre 10 000 et 30 000 €

  • 5 répondants évaluent une perte de CA de plus de 30 000 €.

-> On retrouve des producteurs, animateurs, concepteurs dans ces 3 catégories de réponse.


Sur une échelle de 1 à 10 comment évaluez-vous le danger pour votre trésorerie?

(1 : je peux vite mettre la clé sous la porte ; 10 : aucun préjudice)


D'après les réponses qualitatives associées à cette question, les professionnels de l'agriculture urbaine se retrouvent plutôt dans une situation fragilisante ou qui pourrait le devenir si la crise persiste l'été. Ceux qui s'en sortent le mieux, sont les structures déjà bien implantées qui commercialisent leurs récoltes, ainsi que quelques bureaux d'études qui poursuivent leurs activités en télétravail. Les personnes en cours d'installation sont également peu impactés, mais risque de l'être si les chantiers prennent trop de retard. Les structures les plus en difficultés sont celles qui ont dû stopper leurs activités, et surtout celles qui animent de nombreux ateliers et événements lors des périodes printanière et estivale.


Vos sites sont-ils encore accessibles?

(26 réponses sur 32)

Les répondants ayant indiqué que l'outil de production était à l'arrêt sont en difficulté. Ils représentent presque un quart des répondants.


Avez-vous mis en place de nouveaux circuits de distribution ? lesquels ? fonctionnent-ils bien ?


3 grands circuits ont été mentionnés :

  • Les épiceries (souvent solidaires)

  • La Ruche qui dit Oui / vente en ligne /commande par email -> avec livraison

  • Les paniers à venir chercher sur place (en remplacement parfois de la cueillette)


Avez-vous été contraints d'annuler ou de reporter un ou plusieurs événements ?