Alors que la décision de confinement s’annonçait, un groupe de personnes et d’organisations ont souhaité capter « à chaud » ce que la crise du coronavirus révèle, perturbe, provoque dans les systèmes alimentaires : depuis notre assiette jusqu’aux fermes d’où proviennent nos aliments, que ce soit à travers des circuits courts et locaux ou bien des chaînes d’approvisionnement lointaines. Producteurs, artisans, entreprises agroalimentaires, commerces de proximité, supermarchés, transporteurs.... tous sont mis à l’épreuve d’une crise sans précédent, qui les amène à s’adapter, à trouver des solutions, à inventer de nouveaux possibles. Nous comptons des représentants de la recherche, du développement agricole et rural, du monde associatif, de l’économie sociale et solidaire, tous liés par une expertise sur les systèmes alimentaires, locaux en particulier, depuis plus de 15 ans pour certains d’entre nous.

Après des interrogations sur l’éthique de notre démarche, nous nous sommes fixé deux objectifs. D’une part et avant tout, capitaliser et diffuser très rapidement les bonnes idées et les points critiques qui nous sont signalés, pour entretenir une contribution aux dynamiques collectives d’adaptation, privées et publiques. D’autre part, dégager des pistes qui pourront, au sortir de la crise, nous aider à mieux assurer notre résilience alimentaire collective, c’est-à-dire la capacité de nos systèmes alimentaires, aussi bien locaux que globaux, à assurer la fourniture d’aliments en cas de perturbations, qu’elles soient sanitaires, climatiques, sociales... La crise sanitaire et économique du COVID-19 agit comme un accélérateur des dynamiques à l’œuvre : ce bulletin est destiné à les partager.

Nous diffusons aujourd'hui le premier bulletin de partage (reprenant les témoignages du 15 au 24 mars) qui se compose de 6 rubriques que vous pouvez découvrir aux liens suivants :


1. Une situation alimentaire évolutive d’heure en heure

2. La ruée vers l’alimentaire en début de crise

3. Les chaînes d’approvisionnement alimentaire en tension

4. Les circuits courts et de proximité : maintien du lien et adaptation

5. Des solidarités stimulées par la crise

6. De nouvelles relations entre acteurs autour de l’alimentation


Il est également possible de télécharger le bulletin dans son intégralité ici :

Télécharger le bulletin de partage n°1



Nous espérons être en mesure de diffuser un « bulletin de partage » toutes les deux semaines, pendant un temps qui sera déterminé par la durée des impacts liés à la pandémie, mais qui dépassera à coup sûr la période de confinement.


Notre démarche veut servir ensuite à la recherche pour aller plus loin dans la compréhension, aux décideurs publics pour engager des politiques à tous les échelons, et à tous les acteurs des systèmes alimentaires pour renforcer leurs capacités. Nous avons privilégié l’expression spontanée de celles et ceux qui vivent la crise, et le champ des contributions couvre donc toutes les pratiques relatives à l’alimentation, depuis la production agricole et en passant par les diverses étapes du champ à l’assiette. Les contributions utilisées pour ce premier bulletin de partage nous ont été communiquées moins d’une semaine après le confinement, c’est à dire jusqu’au mardi 24 mars à 12 heures. Nous avions à cette heure récolté 131 expressions directes (sur le formulaire en ligne, par courriel ou sur les réseaux sociaux), réalisé 11 observations de terrain, consulté 13 autres sources (sites internet signalés, communiqués de presse) et dépouillé 92 articles de presse.

Ce numéro, rédigé à plusieurs mains, dans l’urgence, privilégie la réactivité, et serait très perfectible. Il n’a été possible que grâce à l’inter-connaissance de ses rédacteurs liée à des années de travail en commun.

Pour proposer de nouvelles observations : https://framaforms.org/appel-a-retour-dexperience-manger-au-temps-du-coronavirus-1584194374


Nous contacter : animation@rmt-alimentation-locale.fr


L’enquête “Manger au temps du coronavirus” a été initiée par des membres de l’Unité Mixte de Recherche Espaces et Société (C. Darrot, G. Maréchal), avec le cabinet coopératif Terralim (B. Berger, V. Bossu, T. Bréger, D. Guennoc, G. Maréchal, C. Nicolay), et les CIVAM de Bretagne (A. C. Brit), grâce à la stimulation du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Belle-Île en Mer (G. Février) et l’association Fert'Île de Bréhat (F. Le Tron).

Le bulletin de partage est rédigé collectivement par : Akermann G. (Inrae), Berger B. (Terralim), Bodiguel L. (CNRS), Brit A.C. (FR CIVAM Bretagne), Chiffoleau Y. (Inrae), Darrot C. (Institut Agro), Grimonpont A. (Greniers d'abondance), Lallemand F. (Greniers d'abondance), Maréchal G. (Terralim), Nicolay C. (Terralim), avec l'appui de F. Egal (Réseau des politiques alimentaires) et de D. Guennoc (Terralim), et sous la coordination éditoriale de Chiffoleau Y., Darrot C et Maréchal G.

Sa réalisation est appuyée techniquement par Brit A.C., Lecouteux C., Muller T. et Peyrin F.

L'initiative est soutenue par le RMT Alimentation locale, S. Linou, consultant résilience alimentaire, le Centre d'Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales à Lille (S. Makki), l’association Résolis (H. Rouillé d’Orfeuil, M. Cosse) et H. Torossian, consultante en sécurité civile et résilience.


Avec le soutien financier de la Fondation Daniel et Nina Carasso.

Date d’édition : 31/03/2020

0 vue

Titre de l'article

POUR ÊTRE TENU·E INFORMÉ·E DES PROCHAINS ARTICLES, ABONNEZ VOUS !

  • YouTube

Concocté par l'équipe du RMT alimentation locale © 2019.